27.12.05

sic-IT version bêta : Bilan et perspectives

Comme annoncé précédemment, voici un petit bilan critique de sic-IT. Il a pour objectif de synthétiser les remarques que j'ai reçues à propos de l'outil. Je remercie d'ores et déjà ceux et celle (le s n'est pas oublié) qui mon fait profiter de leurs réflexions. J'espère qu'ils trouveront dans ce bilan la preuve que j'apprécie leurs remarques et que je suis ravi d'en tenir compte.
@ François Lamotte: Merci pour ton conseil à propos de Del.icio.us. Non, je ne sais pas encore utiliser cet outil, mais je ne vais tarder à le faire. Ton explication m'y aidera beaucoup.
Avant toute chose, j'attaque cette partie du bilan que je suis en mesure de faire seul. Je me suis aperçu que globalement, je parvenais déjà à atteindre un timing intéressant. Ceci dit, le problème est dû au nombre des sources et à leur pertinence. Je suis confronté au choix difficile entre faire partager une sorte de "scanning" complet de mon tour d'actu et celui de ne pas traiter forcément tout, en fonction de mon humeur et de ma disponiblité. En tant normal, quand on fait ce travail pour soi, il est assez facile de laisser tomber un jour, de zapper certaines choses, etc. Mais dans la mesure où je produis une revue de presse, je prends la responsabilité (même informelle) d'assurer un certain degré de qualité et de rigueur.
Cela pose la question de l'utilité directe de sic-IT. Faut-il le considérer comme une "expérience" que je tente ou comme un outil à part entière que je me propose d'alimenter. Dans les deux cas, c'est très enrichissant. Ceci dit, ce sont deux points de vues différents.
  • Dans le premier cas, je pourrai alors baisser le niveau d'importance accordé au contenu et me focaliser plus sur la façon de travailler (tester des nouveaux outils, me faire les dents sur des idées même saugrenues, etc.) Bref de ce point de vue, sic-IT serait plus un espace personnel de découverte. Mais où sont le partage, la centralisation et l'interaction que j'appelle depuis le début alors ?
  • Ces aspects sont stimulés par le deuxième cas de figure. Au-delà de mon aprentissage personnel, le fait de s'imposer une régularité et une rigueur de travail est un apprentissage en soi. Dans mon cas, ma "fonction" de chercheur pourrait tout à fait être accompagnée de cette responsabilité, afin de participer au développement collectif du département. En positionnant sic-IT comme un outil destinés "à tous", j'ai voulu lui donner une raison d'être utile. J'ai d'ailleurs eu des avis qui allaient dans ce sens, dans la mesure où les compil'IT proposent une revue de presse systématique que tout le monde n'a pas forcément le temps de faire.

Comme à chaque fois, je suppose que l'idéal serait de trouver un juste milieu. Concilier les deux approches serait la meilleur façon d'assurer une pérennité à ce tarvail avec un gain personnel certain. La question est de savoir comment articuler les deux. A ce stade, je travaille sans tenir compte de cette question, mais je sais que tôt ou tard, je serai confronté à des choix épineux. Déjà aujourd'hui, je dois gérer ce type de tension.

Ce qui pourrait m'aider dans ce sens, ce sont les feed back sur les compil'IT. En fonction du nombre de personnes qui les suivent régulièrement et de leurs avis, ce serait plus facile de pencher plus dans un sens que dans un autre.

Les share-IT ne posent pas de problèmes à ce stade-ci. Elles ne sont pas trop fréquentes ces temps-ci car je suis dans une phase de travail où je ne surfe pas énormément. La formule est simple. La seule question survenue jusqu'ici est celle de l'opportunité de faire suivre les e-mails de la liste de l'ECREA.
Pour le reste du blog, je dois juste mettre à jour la litse de liens pour mettre certains posts en évidence et ne pas les enfouir dans les archives.

Pour les avis extérieurs, ils sont principalement venus de Joël, Geoffroy et Isabelle. Je vais aborder ce point à l'aide d'un é-mail envoyé par cette dernière:

A propos des commentaires limités:

Cela prend un certain temps de rentrer dans la culture blog, de maîtriser le fonctionnement, et puis d’oser commencer à réagir. Une fois que les commentaires viendront, c’est sûr que l’interaction pourra démarrer. Je crois que tu ne dois pas sous-estimer cet aspect-là : la nouveauté du médium et le temps nécessaire à se mettre aux commandes pour les utilisateurs.

Cela rejoint ce que me disait François Heinderyckx à ce sujet. Joël me faisait le même genre de remarques à propos des compil'IT. Il est vrai qu'il est difficilement imaginable que chaque revue de presse fasse l'objet d'échanges enflammés. Ce n'est pas le but. Par contre, pour les share'IT, c'est différent. Une fois dépasées les réticences évoquées par Isabelle, j'espère voir des commentaires tels que des avis (+ou-) des suggestions, des prolongements, etc. Bien évidemment, tous les posts de réflexion tels que celui-ci sont les meilleurs pour l'interaction. C'est aussi ceux où ils sont le plus opportuns.

A propos de la promotion et de la mise en évidence de sic-IT:

Pour promouvoir ton outil, il me semble qu’il pourrait être intéressant de l’«officialiser » un peu. (...) Or, si je ne t’avais pas rencontré deux trois fois pour en parler, il est probable que j’aurais presque oublié tes mails et que ce serait tombé dans « mon » oubli. Très sérieusement donc, je pense qu’il faudrait que ton initiative soit annoncée lors de la prochaine réunion ou par un autre canal, (...)

De mon côté, je suis d'accord. Mais cela pose la question de l'opérationnalité et de la fiabilité. Je serais ennuyé de présenter cela de manière "officielle" si le reste ne suit pas. Il est vrai que je n'ai pas hésité à prévenir le plus de gens possible, mais avant de passer un tel cap, je pense qu'il faudrait alors une évaluation extérieure qui "valide" l'outil. Sans forcément lui donner un légitimité définitive, ce genre de démarche pourrait quand même dépasser le côté "personnel". Il sera alors temps de se reposer les questions évoquées plus haut. Si quelqu'un veut créer un comité de lecture, pas de problème, mais est-ce qu'il y a des volontaires et ont-ils le temps ? Et Isabelle d'ajouter:

En résumé : pour « fidéliser » les participants, il est important de savoir pourquoi ils vont venir là. Soit pour commenter l’actu, échanger, communiquer, ou bien vraiment pour chercher de l’information et construire un projet collectif.

Et la questions des objectifs (et donc du fonctionnement ineterne de sic-IT)est abordée par Isabelle:

(...) Mais cela renvoie à la question de départ : quel est l’objectif de ce blog ? Tu le décris effectivement : « sic-IT est un outil qui se veut ouvert à tous et en particulier aux membres du département SIC de l'ULB. Il est né de la volonté de centraliser les flux de partage de l'information pour y apporter une structure et favoriser les échanges. » Je me pose davantage de questions, nécessaires pour le bon fonctionnement : effectivement, tu souhaites faire un pool d’infos, tu souhaites échanger et communiquer à propos de cette info, mais au final, souhaites-tu que ce soit cela essentiellement (et why not ?) ou bien souhaites-tu que toute cette info permette de ficeler un autre projet, ou bien de te constituer un banque de données pour ton travail, etc ? Ma difficulté est vraiment de cerner l’objectif à terme de cette démarche qui est certainement « time-consuming » et dont le succès repose sur la façon dont nous allons aussi rebondir sur l’initiative que tu as prises.

Ma réponse à la question des objectifs de sic-IT est déjà présente dans cette question. Je souhaite que cet outil offre un cadre structuré pour accompagner "l'externalisation" des informations et connaissances présentes chez chaque membre du département. J'ai donc un objectif orienté Knowledge Management. Dans ce cas-ci, les compil'IT sont plus un point de départ pour susciter cela. En outre, leur aspect systématique et aussi structuré que possible vise à apporter une valeur ajoutée en terme d'information. Ce travail de revue de presse est propre à ma démarche et en le partageant, je souhaite apporter un fonds de départ. A partir de là, je tâche d'améliorer le produit pour en profiter au maximum.
Je ne pense pas qu'à ce stade il y ait un but de créer une base de connaissances et je n'ai pas une idée de projet plus large derrière la tête. Mes objectifs sont donc ceux que j'annonce ainsi que mon apprentissage personnel, que je ne cache pas non plus. C'est pour cela que, si sic-IT prend de l'envergure, j'espère pouvoir intégrer d'autres rédacteurs, pour limiter l'influence de mon travail personnel et apporter plus de "neuralité".
Il est vrai que ce travail prend du temps et que le succès dépend de l'usage qui en est fait. Dans un esprit idéaliste je dirais que "si une personne trouve une information intéressante tous les jours, alors la raison d'être de sic-IT n'est plus à prouver". Mais j'avoue qu'à long terme, cela ne peut être suffisant. C'est pour cela que je fais des efforts pour promouvoir l'outil. Je ne veux pas le laiser tomber car ce serait un échec. C'est aussi une raison qui me pousse à toujours tenter de stimuler les interactions. Mon blog personnel est bon exmple de cela. Devant le peu de trafic qu'il suscite je l'alimente comme ça me chante, en respect avec l'objectif que je me suis fixé. Ceci dit, la semaine dernière, j'ai posté une note qui a suscité 13 commentaires très riches. J'ai pu alors prendre la mesure de ce que peut apporter le format blog. Je suis sûr que c'est possible ici aussi, pour peu que des questions soient posées.
Or ce n'est pas le cas pour l'instant. Mais je pense aussi que ça viendra en temps voulu et qu'il ne suffit pas de dire "réflechissons" pour que tout le monde poste des notes de 5 pages. La difficulté est ici de soulever des questions qui intéressent et rassemblent les membres du département. On a bien vu lors de la réunion du mois de novembre que même si ont peut trouver des champs communs entre nous, le scope balayé est énorme. A terme j'espère rencontrer cette attente, mais je suis obligé de me résoudre à viser petit au début. Et cela répond à la remarque d'Isabelle:
En fait, si je me pose ces questions, c’est aussi parce que de façon plus générale, je me demande s’il vaut mieux miser sur la « communication », auquel cas on peut alors miser sur la diversité des articles répertoriés, ou alors sur la « recherche », auquel cas il faut miser sur la spécialisation des articles. Maintenant, pourquoi pas les deux ?
J'opte pour les deux !
Concernant la participation, Isabelle pose une question qui me donne l'occasion de mettre les choses au point:
Faudrait-il responsabiliser une personne par rubrique ? Aimerais-tu que chacun devienne une sorte de « rédacteur-adjoint » compilant pour son domaine de prédilection ?
Oui à tout, mais cela ne pourra être possible que dès lors que sic-IT sera un outil reconnu et utilisé régulièrement. De plus, cela demande de la part de chaque rédacteur une implication qui doit encore être construite. Je serais ravi d'en arriver là parce que cela voudrait dire que j'aurai atteint une bonne partie de mes objectifs.

Souhaites-tu maintenant que l’on réagisse plutôt directement sur le blog, en y mettant des commentaires ? Pour alimenter le blog nous-mêmes, est-ce que l’on t’envoie des liens ou bien on les insère nous-mêmes ?

Geoffroy me posait la même question par mail. Ma réponse a été la suivante:

De manière générale, je préferre toujours une réaction en ligne. Pour des infos que tu trouves, tu peux soit:

  • les poster en commentaire (si tu connais les balises html tu peux même mettre des liens qui fonctionnent).
  • m'envoyer un mail et je fais suivre.
  • devenir rédacteur direct du blog.

Mon avis sur ces possibilités:

  • pour les commentaires, c'est bien si c'est une info limitée dans sa forme comme dans le suivi qu'elle mérite.
  • Pour les mails, il n'y pas de problème et je n'oublierai pas de te citer.
  • pour devenir rédacteur, je pense qu'il faut juste penser en terme d'utilisation effective. Si tu penses que ta participation peut devenir presque régulière, alors ok.

De manière générale, la deuxième solution est sans doute la plus appropriée.

Je terminerais en abordant brièvement la question de la stucrure des compil'IT abordée par Joël. J'ai déjà inséré une ébauche de structure interne. Je vais faire une tentative sur sa proposition de faire chaque jour une revue de presse thématique, couvrant la semaine écoulée. Je vais donc faire le travail journalier habituel mais ne pas publier pendant une semaine. La semaine suivante, je posterai chacune des revues. On verra ce que ça donne.
Voilà. Je pense que je pourrais écrire encore des heures, mais ce n'est pas le but. Vous vous doutez bien que si vous avez envie de commenter, sans jamais sans oser, c'est maintenant ! S'il y a des visiteurs extérieurs, leur avis est intéressant aussi bien entendu. Je vous souhaite une bonne semaine et j'espère vous lire très vite. Comme dirait Bertrand Lenotre en fin de ses podcasts pour Pointblog : "Rendez-vous du côté des commentaires !"
Seek it with sic-IT

3 Comments:

At 3:22 PM, Blogger Crescendo said...

Vos commentaires et votre vision du blog est singulièrement amusante. Pour faire venir des visiteurs sur votre blog, commencez par vous intéresser aux autres.

Bonne année en tout cas pour vous Un visiteur extérieur à moins de 150 km!

 
At 3:36 PM, Blogger Jeremy Depauw said...

Merci pour votre commentaire.

Néanmoins, je pense que votre remarque ne se justifie pas. Je pense que vous trouverez dans les différents éléments informatifs sur sic-IT (profil, description, post d'ouverture, etc.) l'explication de cette "vision" que vous trouver amusante.

Ici, j'ai choisi le format blog pour supporter un outil qui aurait pu être fait par newletter, mailing list, ou tou autre moyen. Ce sont justement mes intérêts et afinités pour les social softwares que j'ai choisi cela. Par ailleurs, j'ai pris cette décision en rentrant de Paris où j'ai assisté aux blogs 2.0...

J'espère compléter votre compréhension de ce post. Bonne journée et bonne année.

 
At 9:21 PM, Anonymous Joël said...

@ Crescendo : il ne faut pas se méprendre sur les intentions de ce blog : actuellement, il se veut surtout être un outil interne à un département de recherche, et il peut de ce fait sembler un peu "replié sur lui-même". L'ouverture sur le monde, si elle doit se faire, viendra très progressivement, mais il est bien clair que ce blog n'a pas vocation à être "grand public"...

@ Jeremy : Plus le temps passe et plus je m'interroge sur la pertinence du choix du blog comme plate-forme pour cet outil. Le problème du blog, surtout lorsqu'il faut traiter avec des entrées comme les Compil'IT, est qu'il ne permet aucune structuration des échanges, aucun véritable suivi de sujet. On pourrait très bien vouloir commenter ici un des articles mentionnés, mais n'importe qui peut faire de même sur tout article, et on aboutit à une joyeuse cacophonie dans laquelle chacun rsique de s'écouter écrire. Par ailleurs, la cadence frénétique de postage, jumelée à l'ordonnancement antichronologique propre au blog, fait que même si une discussion voulait naitre, elle se perdrait rapidement dans les tréfonds du blog. De ce fait, il me semble que dans une optique d'échange entre quelques personnes, rien ne vaut le forum ou - à la limite - le Wiki.
Discutons à présent de l'objet même des entrée de Sic'IT : il s'agit, de ton propre aveu, de revues de presse, assez peu commentées. Dès lors, après quelques semaines d'utilisation, je peux te confier que je n'ai quasiment plus besoin de venir. Il me suffit d'intégrer tous les fils RSS nécessaires dans Sage (agrégateur de flux pour Firefox), et j'arrive globalement au même résultat. En dehors des Share'IT et d'éventuels débats qui naitraient en commentaires, je commence donc à m'interroger sur la raison d'être même de cette revue de presse, si ce n'est pour toi. Le problème qui risque de se poser (et qui a mon avis se pose déjà) est celui de la valeur ajoutée de chaque entrée du blog pour chaque visiteur.

Allons encore un peu plus loin, et prenons le cas où le blog évoluerait en intégrant plusieurs rédacteurs : on risque à nouveau de se retrouver au milieu d'une joyeuse cacophonie de revues de presse où chacun poste, mais où l'échange est encore moindre : à quoi bon commenter lorsqu'on a la possibilité d'introduire une entrée directement? Au pire, cela risque même d'accroître l'effet de "poussée vers le fond", les entrées se multipliant et chassant de plus en plus vite les précédentes vers l'oubli.

En somme, il faut utiliser le blog pour ce qu'il est : un outil fabuleux si l'on souhaite des échanges sur un sujet précis à la fois : dès que le propos d'une entrée n'est pas clair, part dans tous les sens ou cherche à couvrir trop de problématiques, tout se bloque. En somme, le blog est un outil qui sert à informer/commenter une multitude de gens en leur laissant la possibilité de réagir pour qu'un débat puisse se créer. Débat qui sera presque toujours assez limité dans le temps, de par l'approche antichronologique de la formule. C'est là, à mon sens, une des limites des blogs (limite ne devant pas nécesairement être entendu comme défaut) : plus le rédacteur poste, et plus il limite la possibilité d'un débat qu'il cherche à créer...

En ce sens, je peux fort bien comprendre que Crescendo trouve cette vision du blog "amusante"... Au final, l'approche par forum ou par Wiki me semble tout de même plus appropriée pour susciter des échanges et un partage de connaissances en interne. Le blog me semble plus approprié pour être une vitrine vers l'extérieur, qui n'interviendrait qu'en aval - mais à ce stade, il faut voir si c'est opportun de disposer d'une telle sorte de vitrine pour le département.

Gawd. Je t'ai encore gratifié d'une tartine...

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home